Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Redécouvrons notre planète!

amerique du sud

Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !

9 Février 2015, 15:35pm

Publié par serge

Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !
Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !

Les circuits touristiques en Equateur vous font passer par Quito pour sa partie coloniale, Otavalo et son marché indien, Cuenca et son centre historique, la plage de Montanita ou Canoa, Banos ses thermes et son accès à l amazonie mais on évite trop souvent de petites pépites qui enchantent tous ceux qui les découvrent. Pépite, Zaruma l est à deux titres, d abord pour son charme et ensuite parce qu il s agit d une ancienne cité dont le passé, sa richesse, son développement sont directement liés à l extraction de l or. Fondée au XVIe siècle, cette petite ville perchée à 1150 m d altitude à mi chemin entre Loja à l est et Machala à l ouest a su garder tout son cachet de l époque coloniale. C est peu dire qu elle est perchée car ici, en parcourant les rues, vous montez ou vous descendez et toujours à forte pente. De nombreux mirador permettent d admirer les paysages environnants et en particulier vers le sud ou quelques centaines de mètres plus bas on peut voir Portovelo ou l activité minière s est déplacée depuis quelques décennies sur les rives du rio Puyango.

Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !

Autour de la Plaza de la independencia, on remarquera les maisons en bois aux belles façades ouvragées et peintes de couleurs chatoyantes, les colonnes et arcades qui offrent un passage piéton à l abri des intempéries, avec son trottoir en bois comme dans les western. L église Santuario Virgen del Carmen est implantée à une extrémité de la place. Sa visite est incontournable, ne serait ce que pour ses plafonds peints, tout comme celle du Museo Municipal situé juste à l opposé.

Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !
Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !

Quand d un balcon ou d une fenêtre on observe la ville, on est frappé par le désordre dans lequel sont implantées les maisons ; en fait l homme a savamment utilisé le relief naturel. En parcourant les rues de cette petite ville, on remarquera les façades de riches demeures et les clins d œil à son passé minier.

Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !
Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !Entre ciel et terre, linda Zaruma, la cité de l or !

Un accueil chaleureux vous attend au syndicat d initiative (près du Musée) ou vous trouverez toute la documentation nécessaire pour découvrir toutes les richesses de la cité et ou vous pourrez laisser une trace de votre passage. De bons restaurants vous serviront les spécialités régionales comme le tigrillo qui vous cale l estomac pour la journée.

Zaruma, Ecuador.Zaruma, Ecuador.
Zaruma, Ecuador.Zaruma, Ecuador.
Zaruma, Ecuador.Zaruma, Ecuador.

Zaruma, Ecuador.

Voir les commentaires

IngaPirca, Temple du soleil Inca dans les Andes équatoriennes.

23 Juin 2013, 06:37am

Publié par serge

DSC00673

Tout le long de la Cordillère, les Incas ont laissé à la postérité des ouvrages tous plus étonnants les uns que les autres. Certains sont très connus et faciles d'accès, l'un découlant souvent de l'autre. Et puis il y a les sites d'exception; on connaît tous le Machu Pichu, Sacsahuaman, Pisac ou Ollantaytambo au Pérou. En Equateur, les Incas nous ont laissé Ingapirca, un splendide ensemble cérémoniel construit sur les ruines d'un site de la culture cañari, civilisation antérieure aux Incas. Bordé par le Capac ñan, le chemin de l'Inca ou voie royale qui part de Pasto en Colombie pour aller jusqu'à Santiago du Chili 6.000 klm plus bas, ce site, en bon état de conservation bénéficie d'une attention parrticulière du gouvernement Correa qui l'a doté d'un superbe bâtiment d'accueil aux équipements ultramodernes avec salle d'attente, WC, projection vidéo, etc. Lors de notre passage en février 2013, les deux routes qui y accèdent, l'une depuis Tambo, l'autre depuis Cañar étaient en réfection et s'apprêtaient à recevoir un revêtement de bitume. Nous avons eu la chance d'avoir pour guide Isidora Yupa, très gentille indienne parlant quechua sa langue natale et espagnol. Avec elle, nous avons fait le tour de l'Adoratorio, de l'Ingachungana, de la Cara del Inca et du secteur de La Condamine (et oui) qui porte ce nom en souvenir du passage de notre illustre compatriote qui fit, en 1739 un plan très précis des lieux.

PICT1549                     PICT1550

Les deux niveaux de construction, Cañari et Inca se distinguent facilement en particulier l'appareillage des pierres de construction. Les Incas avait un art très abouti de l'assemblage de blocs parfaitement taillés et ajustés. L'Adoratorio ou Temple du Soleil, orienté d'Est en Ouest, comme la course du soleil est le clou de la visite. Isidora nous conta par le menu l'histoire de ce site qui surplombe une superbe vallée entourée de collines couvertes de bois et de cultures. On apprécie également le calme qui entoure le lieu, seulement percé par moment du bruit d'un bus branquebalant qui monte avec peine la piste cailloteuse.

Si vous passez par là, faites halte chez Gonzalo, qui tient avec son épouse les Cabañas El Castillo, quelques centaines de mètres avant l'entrée du site. Confort sommaire mais bon lit, petite cheminée agréable pour se réchauffer tout en prenant un repas simple mais revigorant. De la chambre, vous aurez une vue imprenable sur le site.

Et si comme moi vous avez la chance d'aller à IngaPirca le jour de la lessive, pensez à jeter un oeil dans le torrent qui croise la route un peu plus bas!

DSC00674PICT1553DSC00675

 

Voir les commentaires

Trek en Amérique du sud, c'est reparti.

22 Novembre 2012, 21:20pm

Publié par serge

DSC00526                Barrio de las Peñas, cerro de Santa Ana, Guayaquil, Equateur.

Voilà déjà deux ans et demi que nous sommes revenus du précédent périple et je commençais à avoir des fourmis dans les jambes. Alors, un billet d'avion aller et retour, on remplit le sac à dos, on consulte les cartes et c'est parti. Au programme, l'Equateur en attendant la fin de l'année puis un retour en Colombie et au Venezuela est envisagé pour le reste du séjour.

je vous invite donc prendre place dans mon sac à dos et à nous suivre dans la rubrque "Pages", on commence avec "Vamos en Ecuador" Bon, Hasta la proxima.

Voir les commentaires

Cartagène "de indias" (carthagène des indes)

6 Mars 2011, 20:08pm

Publié par serge

PICT0012 copie

Pour les amateurs de littérature, la Colombie est synonyme de Gabriel Garcia Marquez, pour les amoureux des arts, on fera référence à Botero et pour les férus d'Histoire, on parlera de Cartagène ou plus exactement de Cartagnena de indias pour la différencier de la Carthagène d'Espagne. Ce port caribéen qui compte plus d'un million d'habitants est une des villes les plus chargées d'histoire du continent sud-américain au point qu'elle est classée au patrimoine de l'humanité par l'Unesco.

DSC00288

Son vieux quartier de Getsemani entouré de hautes murailles le protégeant de la mer et des envahisseurs porte en mémoire l'attaque britanique de 1741 ou 186 navires et près de 30.000 hommes n'ont pu venir à bout de la petite garnison commandé par l'Amiral Blas de Lezo avec le soutien des pluies d'avril. Le siège durera 67 jours et le port de Cartagène, stratégique pour la couronne d'Espagne est sauvé. C'est d'ici que partent les galions chargés d'or et d'argent issus du pillage des territoires incas et c'est également dans ce port qu'arrivent les bateaux chargés d'esclaves.

PICT0361 

Aujourd'hui, la ville a considérablement grandie, elle est sortie des ses murailles et a poussé vers la mer ses buildings de verre et de béton attestant de sa modernité. Pendant ce temps, dans les ruelles du vieux quartier de Gestemani, la vie est paisible sous les balcons fleuris, les chevaux des calèches rythment de leur pas la vie d'habitants très métissés aux

PICT0010

habits colorés. Les danseurs occupent les rues tout auréolé d'un parfum savant mélange de mer et de fleurs. La vie culturelle et touristique se déroule là, la musique est omniprésente et les restaurants nombreux.

PICT0365

A quelques pas, sur la muraille d'enceinte, la rouille attaque les vieux canons, unique souvenir d'une époque révolue. Nous on a beaucoup aimé!

Voir les commentaires

Le désert du Sud Lipez, ses lagunes, geysers et volcans

27 Octobre 2010, 06:56am

Publié par serge

18-Vigogne-J1-b.jpg

"Le désert est une somme de soustractions" disait le grand Théodore Monod! Et qui y a-t'il de plus fascinant que ces grands espaces vides de tout, ou presque. Le désert a ses charmes et celui du Sud Lipez n'en manque pas. D'abord sa faune; les Vigognes y sont nombreuses, tout comme les Flamands roses. Mais il y a aussi les Viscachas,

Viscachas

ce drôle de lapin à queue d'écureuil et de surprenants oiseaux qui ressemblent beaucoup aux Kiwis. Ensuite, la traversée d'un désert est l'occasion d'admirer des paysages minéraux somptueux avec des volcans dont certains sont en activité. Mais le Sud Lipez offre en plus à notre regard, toute la beauté de ses lagunes. L'une des plus belles est sans doute la laguna Verde, très facile a situé puisque blottie au carrefour des frontières chilienne et argentine dans cette pointe du territoire bolivien au pied du superbe volcan Lincancabur (5915 m).

Laguna Verde 2

Selon l'endroit ou l'on se trouve, le désert s'appelle Siloli ou Dali (du nom du peintre catalan venu se promener ici).  En remontant, on trouvera la laguna Polque (avec son bassin pour faire trempette dans une eau à 38°) et le salar de Chalviri, puis on atteint les geysers Sol de Mañana et enfin la laguna Colorada. C'est ici que l'on trouve refuge pour la nuit dans des gîtes au confort sommaire. Toujours en remontant vers le nord, on admirera l'incontournable "arbre de pierre" dans un paysage lunaire de montagnes multicolores. Viendront ensuite la laguna 

Volcan OllagüeGeyser Sol de Mañana28-Sud Lipez J2Laguna Colorada

Hédionda et celle que je préfère, la laguna Honda entourée de superbes sommets. En faisant route vesr le salar d'Uyuni, vous pourrez observer sur votre gauche, le volcan Ollagüe dont la fumée qui s'échappe de son sommet témoigne de l'activité. Si vous abordez la traversée du désert à partir de Tupiza, en passant par San Pablo de Lipez  et San Antonio de Lipez, vous passerez à proximité de San Vincente; c'est la que Butch Cassidy et le Kid ont terminé leur road movie sous les balles de l'armée bolivienne.Attention tout de même, cet immense plateau du Sud Lipez est situé sur l'altiplano à une hauteur comprise netre 3800 et 4900 m. Des précautions s'imposent donc pour le visiter et combattre le terrible "soroche", le mal d'altitude.

Laguna-Honda-1-copie-1.JPG                                                                                   Laguna Honda, décembre 2009

Voir les commentaires

Geneviève et François sur l'Ultréïa !

5 Août 2010, 07:27am

Publié par serge

PICT0014-copie-1

Sur mon carnet de route j'ai noté "Samedi 16 janvier: nous arrivons à Cartagène "des Indes" vers...nous visitons la ville et déjeunons au "Bistro" excellent restaurant tenu par deux allemands". La suite est caractéristique des rencontres que l'on peut faire en voyage. Nous avions eu la bonne idée de venir tôt dans ce restaurant très fréquenté. Alors que nous dégustions notre entrée, toutes les tables étant occupées, l'un des patrons vint nous demander si nous accepterions deux personnes à la nôtre. Nous répondons positivement et c'est ainsi que nous faisons connaissance avec Geneviève et François, deux compatriotes sensiblement de notre âge. Nous sympathisons immédiatement. Ils viennent d'accoster au port de Cartagène après une traversée difficile de la mer des Caraïbes. Nous passerons l'après midi ensemble et dégusterons un apéro à bord de leur bateau avant de terminer la soirée dans une pizzeria. Geneviève et François font le tour du monde en bateau sur leur Ultréïa de 10 m, c'est elle le capitaine ce qui ne manque pas de provoquer quelques surprises dans les capitaineries. Je vous propose de merveilleuses photos complétées par des commentaires en visitant leur site: link

Voir les commentaires

"La Mano" de Punta del Este.

14 Juillet 2010, 07:12am

Publié par serge

                                                pict0123  Punta del Este.jpg

L'inventivité de l'homme est sans limite et dans le dommaine de l'Art, il excelle particulièrement. Des oeuvres irréalistes remplissent l'espace et il nous est souvent difficile d'y trouver un sens. Pou les oeuvres réalistes, si la plupart passent inaperçues tellement elles s'intègrent dans le paysage, d'autres nous surprennent et c'est tout le génie de l'artiste que d'en arriver à cette finalité. Parmi elle, "la mano" (la main). C'est l'artiste chilien Mario IRRARAZABAL qui réalisa cette oeuvre d'art moderne abstrait pour la "première conférence internationale de sculpture en plein air" qui se déroula à Punta del Este (Uruguay) en 1981. Cette oeuvre qui représente les cinq doigts d'une main sortant du sable et censée représentée l'émergence de l'Homme est posée sur la superbe plage Brava tout près d'un rond-point. Elle tranche singulièrement avec les immeubles de béton qui lui font face de l'autre coté de l'avenue qui longe la mer. Elle est l'attraction principale de la ville et un cadre idéal pour une photo.  Depuis, l'artiste a été invité à reproduire sa sculpture à Madrid, Venise et dans le désert d'Atacama au nord Chili. Si vous passez par Montévidéo, n'hésitez pas à faire le détour, une ligne régulière de bus relie la capitale à Punta del Este et l'on fait facilement l'aller et retour dans la journée.

Voir les commentaires

Avec France Bleu Poitou, on remet ça!!!

28 Juin 2010, 21:08pm

Publié par serge

     PICT0930

Direction les studios de notre radio locale préférée pour reprendre, une à une, les cartes postales sonores du périple en Amérique du sud afin de les commenter. L'idée est de Véronique qui dirige elle-même l'interview. Donc, si vous avez la chance d'habiter dans notre belle région (Vienne et Deux Sèvres) soyez tous à l'écoute sur 106.4 à partir du lundi 5 juillet à 12 h 10; diffusion du lundi au vendredi à raison d'une carte postale par jour. Moi, ça m'a fait beaucoup de bien et j'espère que vous apprécierez!

Voir les commentaires

La Higuera, le bout de "la ruta del Ché".

17 Mai 2010, 06:17am

Publié par serge

                                   PICT0493

Pour les gens de ma génération, ceux qui avaient environ 20 ans en 68, un homme représentait à lui seul tous les idéaux de justice qui manquaient dans ce bas monde; notre héros, défenseur des peuples opprimés, c'était Ernesto Guevara, dit le "Ché". Né à Rosario en Argentine le 14 juin 1928, il souffre de bronco-spasme, un asthme qui le suivra toute sa vie et lui vaudra bien involontairement son surnom car contraint de précéder toute phrase de l'interjection "Ché". En 2007, j'avais eu l'occasion de visiter la maison de son enfance, devenue musée, à Alta Gracia près de Cordoba en Argentine, ce qui avait encore excité mon intérêt pour ce grand homme. 

PICT0491PICT0494PICT0492PICT0496PICT0497PICT0514

Au cours des années 60, il arrive en Amérique du sud à la tête de son groupe de Guerilleros, dont un français, l'écrivain, intellectuel et homme politique Régis Debray. Capturé avec ce qui reste de son groupe le 8 octobre 67 près du village de Pucara, le bout de la route aura lieu dans un tout petit village de montagne, La Higuera. C'est là que il sera ligoté sur une chaise, dans l'école du village et sera abattu de plusieurs balles tirées à bout portant au matin du 9 octobre 67. A cette époque, le village compte une cinquantaine de famille; en avril 2010, il reste 28 habitants dont trois français, un jeune couple et leur bébé qui tiennent l'unique "hôtel" des environs. Il flotte ici un air de Provence en plus vert. Le vent, le soleil et le relief nous rappelle notre région du sud de la France. Aller à La Higuera n'est pas aisé et il faut une grande motivation pour tenter le voyage. Les cartes routières étant incomplètes ou fausses (je n'ai pas encore trouvé une qui donne la juste position du village), il est indispensable de solliciter l'aide des autochtones. Il semblait possible de rejoindre le village en partant de Sucre à l'aide du bus qui se rend à Monteagudo, en changeant à Padilla direction Villa Serrano et de là, prendre un bus en direction de Vallegrande et descendre à Pucara (un a deux jours de voyage). Mais puisqu'il était impossible d'obtenir des renseignements fiables , nous avions choisi de rejoindre Santa Cruz de la Sierra (une nuit de bus), y prendre un bus pour Vallegrande (5 h de taxi collectif) et là, marchander un taxi pour rejoindre La Higuera (60 km, 2h 1/2 de piste) en passant par Pucara. Quelques kilomètres au sud de Pucara en direction de Villa Serrano, une piste sur la gauche mène à La Higuera distante de 15 km. Sur la gauche, au bord de la piste, on peut observer le mirador  surmonté d'une étoile, ou se réfugiaient les guerilleros. Le village s'étend de part et d'autre de la piste et est entièrement dévoué à son héros. Une statue en pied vous accueille sur la place centrale et un buste monumental vous observe à 20 m sur votre gauche, sur la partie haute de la place. Entre les deux statues, à la "Tienda la Estrella" Irina Rosada Carisales  vous proposera un café et vous parlera longuement de l'époque ou, jeune fille, elle côtoyait le "Ché". Pour visiter le musée, aménagé dans l'ancienne école reconstruite récemment, traverser la place; il est situé 30 m plus haut sur la droite au bord du chemin. Il serait dommage de ne pas passer la nuit à la Higuera. Vous trouverez le gîte et le couvert chez nos compatriotes à la "Posada del Télégrafista" charmante auberge joliment décorée au confort sommaire mais suffisant et au calme garanti.

Voir les commentaires

Radio ACLO, la voix des indiens des Andes boliviennes!

2 Mai 2010, 19:18pm

Publié par serge

PICT0436

Il est tellement rare de rencontrer un organisme qui prenne fait et cause pour les indigènes de quelques pays que ce soit, que quand on en trouve un qui se bat depuis plus de 40 ans, on pose son sac et on observe. C'est ce que j'ai fait à Sucre, la capitale constitutionnelle de la Bolivie, la ville blanche. C'est en écoutant "Là-bas si j'y suis", l'excelente émission de Daniel Mermet que j'avais entendu parler de cette radio. De passage à Sucre, je me suis présenté aux bureaux de Radio ACLO, ou j'ai été très bien reçu par Grover Alejandro Pillco, le directeur de la radio. ACLO n'est pas qu'une radio, ACLO est plus qu'une radio. ACLO édite et diffuse une revue mensuelle "En marcha" (en marche), un bulletin d'information, des livres et tout ce qui est nécessaire au développement des indiens du sud  de la Bolivie. Des ateliers sont organisés pour tout ce qui touche la vie de tous les jours, agriculture, couture, lecture,informatique, économiePICT0435 

afin d'aider les indigènes, qui sont en majorité des cultivateurs, à améliorer leurs conditions de vie. Cela passe par la prise de conscience politique et l'importance du vote. Aujourd'hui, la Bolivie est dans une phase de démocratie grâce à l'action du Président Juan Evo Morales Ayma et son vice-président Alvaro Marcelo Garcia Linera et le travail d'ACLO s'en trouve d'autant soulagé que l'actuel Président, indien Aymara, est un ancien "Cocaleros" (récoltant de feuille de coca) et leader syndical. Mais tel n'a pas toujours été le cas et ACLO, depuis 40 ans, a du bien souvent se battre pour sa simple survie face à la dictature. Lors de ma visite, j'ai  apprécié la disponibilté des gens envers les plus démunis: une heure par jour, la radio sert à transmettre les messages personnels souvent afin de rassurer les proches.  Ici, le personnel est bilingue Espagnol et Quechua qui est la seule langue parlée par la majorité des indigènes.  Merci et longue vie à Radio ACLO pour ce travail au service des plus humbles.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>