Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Redécouvrons notre planète!

Bort les Orgues et le château de Val

28 Décembre 2008, 09:01am

Publié par serge

Bort les Orgues, ce nom chante à mon oreille, je ne saurais expliquer pourquoi, c'est ainsi; alors il me restait à faire un petit détour quand l'occasion s'en présenterait. Voilà, désormais ma curiosité est satisfaite et je vous engage à me suivre pour une petite visite de la ville et surtout de ses environs. Arrivant de l'ouest, dans une descente, au niveau d'un magnifique panorama sur le lac, une petite route sur la droite vous propose d'accéder au site des "Orgues". 

Cette barrière, dressée entre Auvergne et Limousin constitue un bel exemple de coulées phonolitiques de 80 à 100 m de haut sur une étendue de 2 km. Puis l'érosion a fait son travail de sculpteur pour transformer ces coulées de lave en gigantesques tuyaux d'orgues qui culminent à 860 m d'altitude. Au bout de ce chemin, on arrive sur les orgues ou s'offrent à nos yeux un superbe panorama. 350 m plus bas se trouve la ville de Bort d'où parvient un léger brouhaha. En face et à droite, on peut observer les monts du Cantal, et à gauche, la tête dans les nuages, le puy de Sancy et ses 1886 m ainsi que la Banne d'Ordanche. Pour peu que la météo soit de la partie, vous aurez devant vous de magnifiques paysages.

 

En redescendant sur la ville, toujours sur votre gauche, la retenue artificielle sur la Dordogne qui, depuis 1951, alimente la centrale EDF. Franchissez le barrage, continuez vers le nord et bientôt, vous pourrez découvrir le château de Val, superbe, majestueux planté sur sa presqu'île dressé vers le ciel tel le mât d'un bateau, il donne l'impression de flotter. Quand à la ville de Bort, peu de chose à dire; il suffit de flâner dans les rues du centre pour voir qu'elle subit comme bien d'autres la désertification des campagnes. Là aussi, la concurrence entre les petits commerces locaux et les supermarchés a laissé des traces.

Voir les commentaires

Le LATE 25 de Mermoz, St Ex ou Guillaumet?

10 Décembre 2008, 19:22pm

Publié par serge

Ma passion des belles choses ne se limite pas aux paysages, à la nature et aux vieilles pierres, depuis ma plus tendre enfance je voue une admiration toute particulière pour tout ce qui concerne le "plus lourd que l'air". Donc, à la maison comme en voyage, je ne manque pas une occasion de m'instruire sur ce sujet. Ainsi, j'ai eu l'occasion de visiter quelques musées de l'aviation, le Bourget bien sur, mais aussi en Russie ou en Ukraine et également celui de Galverstone  près de Houston au texas. Ayant entendu parler  d'un avion de l'Aéropostale conservé dans un musée en Amérique du sud, J'avais pris contact avec une association qui essaie de faire vivre et revivre le souvenir d'Antoine de Saint Exupery; Par elle, j'appris qu'il y aurait  un Laté en Argentine. En février 2007, de passage à Buenos-Aires, j'en parle avec des amis Porteños qui me confirment l'info et m'emmènent voir ce qui, paraît-il, est le seul exemplaire du Laté 25 en état de vol au monde, exposé au "Muséo Nacional de Aeronautica" de Moron dans la banlieue de la capitale fédérale.

Et le voilà devant mes yeux, 17.40 m d'envergure, 1.7 t à vide, 3.3 t en charge, il porte fièrement ses 80 printemps. Pensez que dans sa jeunesse, il volait à plus de 190 km/h, avait un plafond de vol de 4200 m et franchissait allègrement ses 850 km. S'il doit beaucoup à Didier Daurat son "accoucheur", c'est Mermoz, St Ex et Guillaumet qui feront sa réputation en lui faisant parcourir le monde. Source d'inspiration de St Ex qui écrira "j'ai toujours devant les yeux, l'image de ma première nuit de vol en Argentine, une nuit sombre où scintillainent seules, comme des étoiles, les rares lumières éparses de la plaine" dès la première page de "terre des hommes". Comment vous faire ressentir mon émotion au pied de cette merveille autour de laquelle plane encore l'odeur de nos trois illustres pionniers de l'Aéropostale et de tous ces inconnus qui leur ont permis de porter haut les couleurs de l'aviation française. Alors, entre Roberto Ishkanain et Hugo Benedini mes lointains amis, j'ai tenu à immortaliser cette rencontre.

Voir les commentaires